vous êtes ici : accueil > INSTANCES LOCALES > CAP

Vos outils
  • Diminuer la taille du texte
  • Agmenter la taille du texte
  • Envoyer le lien à un ami
  • Imprimer le texte

Mouvement local A au 1er septembre 2016 - déclaration liminaire

Madame la Présidente,

Comme lors de chaque CAPL « mouvement local d’affectation », nous ne pouvons débuter nos travaux sans évoquer la question de l’emploi à la DGFIP et à la DRFIP des Pays de Loire et de Loire Atlantique.

Inexorablement, de nouvelles suppressions d’emploi prendront leur effet au 1er septembre 2017 portant leur nombre à 235 depuis 2009 ! Et l’inquiétude demeure pour 2018 … et les années suivantes puisque 120 000 suppressions d’emploi sont annoncées dans la Fonction Publique et que nous sommes dans un Ministère « exemplaire » en la matière ...

L’examen du mouvement local A ne peut être déconnecté de la situation globale de l’emploi dans notre direction. Malheureusement, une nouvelle fois, pour des raisons de calendrier mais pas seulement, il nous est impossible d’avoir une vision exacte de la situation. En effet, au moment de la rédaction de cette déclaration, nous ne connaissons les taux de couverture effectifs réels/emplois théoriques globaux et par service pour aucun des mouvements A, B et C.

Dans l’attente des affectations des ALD et renforts catégorie C qui ne devraient être communiquées qu’au moment de la CAPL des B à savoir le 11 juillet, nous savons déjà que les 44 postes C restés vacants après le mouvement local ne pourront pas être pourvus par les 23 affectations ALD.

S’agissant du mouvement A, 14 postes de titulaires restent vacants. Sur les 32 ALD de l’an dernier, 14 ne le sont plus et 3 arrivent comme tel, ce qui laisse présager un taux de couverture autour de 100 % (105,44 % l’an dernier), qu’il faut relativiser compte tenu des affectations liées à la mise en place du STDR en juin 2016.
Nos déplorons une nouvelle fois l’opacité du TAGERFIP en ce qui concerne la Direction et le mouvement qui en découle alors que les services de Direction représentent 23,35 % des emplois implantés et 36,73 % des emplois A !

Pour le mouvement B, nous nous garderons bien de tirer des conséquences des 104 arrivées et des 73 départs ne connaissant pas le nombre précis de départs en retraite. En effet, l’an dernier, un solde positif arrivées/départs de 31 (45 arrivées/14 départs) n’a pas empêché d’arriver au final à 17,8 vacances de postes (avec un taux global de couverture réel, mais en trompe l’œil, de 97,37 % !

Au cours de cette CAPL, nous n’évoquerons pas seulement le mouvement en la forme mais relaierons les interrogations et inquiétudes qui se font jour dans certains services, notamment dans les PCE nantais où à la Trésorerie de Nantes Municipale.
Nous serons également très attentifs aux pratiques de la Direction en matière de détachements et autres entorses aux règles de gestion.

Dans les équipes de travail, qui font la force historique de la DGFIP, tout le monde paie le prix de cette situation : adaptation, réorganisation, pression, tensions … sur fonds de priorités et de nouvelles mesures annoncées sans qu’en soient mesurées les conséquences pour les agents et les services.

En conclusion, nous déplorons une nouvelle fois le calendrier tardif imposé par la Direction Générale qui, met en difficulté les agents et les chefs de service, les services de Direction (RH, Formation professionnelle, BILI …) et les élu.es en CAPL. S’il est un domaine où la réduction des délais ne semble pas encore à l’ordre du jour, c’est bien celui de la gestion des mouvements de personnel.

Article publié le 4 juillet 2017.


Ce site est réalisé par le syndicat et propulsé par SPIP.