vous êtes ici : accueil > Actualités > Finances

Vos outils
  • Diminuer la taille du texte
  • Agmenter la taille du texte
  • Envoyer le lien à un ami
  • Imprimer le texte

« Relocalisation » : Un service démétropolisé implanté à Cahors !

Nous apprenons, à grand renfort de communication, que (victoire !!) un service de 40 agents va être implanté à Cahors. Ce service, un centre de contact pour les professionnels, sera l’un des 8 services chargés de cette mission implantés dans les « territoires » au titre de la « Relocalisation ».
Il n’apportera donc rien aux Cadurciens, ni aux Lotois en général. Mais ne rêvons pas… C’était pas prévu pour, même si c’est comme ça qu’on a essayé de nous le vendre !

C’est ainsi que, de la version initiale qui s’appelait « Démétropolisation » -terme que l’on peut comprendre comme un mouvement amenant les services concernés à quitter les métropoles pour s’installer en zones rurales-, la version finale est rebaptisée « Relocalisation ».
« Relocalisation », c’est quand une usine de paracétamol part en Chine parce que c’est moins cher à produire là-bas et qu’on est moderne et que, au final, quand on en a besoin, on n’a plus de paracétamol parce que les Chinois se le gardent parce qu’ils en ont besoin aussi. Donc, on fait ultra moderne et on inaugure une usine de paracétamol en France (cocorico !). Relocaliser des services voudrait donc dire qu’ils étaient ailleurs… Or, ils n’existaient pas ! (du moins pas sous cette forme).
Mais comme le produit change, l’emballage doit changer aussi : c’est la base du marketing.
On a donc un bel effort de com’ pour nous vendre un service qui n’apportera rien à la population Lotoise, du pain béni pour certains politiques locaux peu scrupuleux qui se sont empressés de récupérer l’information en se gargarisant d’avoir créé des emplois à Cahors...

Mais ne nous laissons pas berner : c’est l’arbre qui cache la forêt. De la poudre aux yeux, tentative éhontée pour détourner notre attention de la triste réalité : d’ici à 2024, le Lot ne comptera plus que 3 Services de Gestion Comptable, 2 SIP, et 1 SIE,… Et au rythme moyen de 10 suppressions d’emplois par an -soit une quarantaine de postes d’ici 2024- cette « relocalisation » compensera à peine la perte d’effectifs.
La DG est donc logique avec elle-même, même si elle semble se contredire.
Avec le NRP, elle supprime des services à la population et avec la « relocalisation » elle implante des services qui ne serviront pas la population.

Demain, elle se demandera comment rapprocher les services des citoyens… Là, on a bien quelques idées qui, d’un coup, deviendront ultramodernes.

Article publié le 2 octobre 2020.


Ce site est réalisé par le syndicat et propulsé par SPIP.