vous êtes ici : accueil > ACTION

Vos outils
  • Diminuer la taille du texte
  • Agmenter la taille du texte
  • Envoyer le lien à un ami
  • Imprimer le texte
Document à télécharger

Stop aux suppressions d’emplois et aux restructurations ! TOUTES ET TOUS EN MOBILISATION LE 9 DÉCEMBRE !

La crise sanitaire, non gérée par ce gouvernement, se transforme de plus en plus en crise économique et sociale, environnementale et démocratique. Le gouvernement n’aura, à aucun moment, changé de politique, alors que la crise sanitaire a montré combien ses réformes étaient nocives.

A la DGFIP, une situation aussi dégradée et des agents subissant en permanence des restructurations ne justifieraient-ils pas a minima la suspension des réformes ? Les agents n’ont-ils pas suffisamment de choses à gérer en cette période compliquée pour ne pas en rajouter ?

Pour la CGT Finances Publiques, les réformes contraires à l’intérêt des agents et du service public doivent être tout simplement abandonnées, et pour le moins suspendues en toute urgence au regard de la crise sanitaire. Il faut arrêter les suppressions d’emplois et embaucher des chômeurs à la hauteur de nos missions !

Mais la DG s’obstine dans son entreprise de démolition des conditions de travail et de vie des agents, de leurs droits et garanties, des moyens nécessaires à une réalisation correcte de l’ensemble de nos missions de service public. Elle veut semer la division dans les services, que ce soit, par exemple, au travers de primes, de la rémunération au mérite, de transferts d’emplois, du développement des postes à profil et des contractuels. Le NRP est mis en place partout avec des conséquences mortifères très concrètes pour les agents et le public dès janvier prochain. N’oublions jamais que le drame « France Télécom » avait commencé ainsi.

Cerise sur le gâteau, le comité technique de réseau du 9 décembre compte entériner, notamment, les nouvelles suppressions d’emplois au sein de notre administration. La loi de finances pour 2021 prévoit ainsi 1 800 suppressions nettes d’emplois à la DGFiP sur les 2021 suppressions ministérielles. Toutes les catégories d’emplois et tous les services seront touchés, à l’exception momentanée des SPF, mais pour « faciliter la mise en place des SAPF ». La démétropolisation entraînera, quant à elle, le transfert de 450 ETP. Au moins 1 600 suppressions supplémentaires sont d’ores et déjà programmées pour 2022. Le bilan depuis 2011 est déplorable :

PLF 2011 : 2 667
PLF 2012 : 2 438
PLF 2013 : 2 023
PLF 2014 : 1 988
PLF 2015 : 2 000
PLF 2016 : 2 130
PLF 2017 : 1 630
PLF 2018 : 1 600
PLF 2019 : 2 130
PLF 2020 : 1 500
PLF 2021 : 1 800

Ensemble nous sommes forts et nous pouvons imposer d’autres choix !

Ce gouvernement, contre l’avis d’une grande majorité de la population, s’obstine à mener des réformes telles que, par exemple,
celle des retraites et cherche à museler nos libertés avec la loi sécurité globale. Comme lors des « marches des libertés » qui ont
rassemblé 500 000 personnes à travers la France, ne nous laissons pas faire, les réformes tels que le NRP et la casse de nos missions
et droits et garanties ne doivent pas être mises en place. A la DGFIP nous avons aussi la capacité de faire reculer la DG si nous nous
mobilisons toutes et tous ensemble, et imposer les moyens nécessaires pour travailler dans des conditions correctes !

Dès le 9 décembre mobilisons-nous et participons à toutes les formes d’actions qui auront lieu sur tout le territoire

Tract à télécharger
Communiqué CTR à télécharger

Article publié le 31 décembre 2020.


Ce site est réalisé par le syndicat et propulsé par SPIP.