vous êtes ici : accueil > Gestion des Personnels > EVALUATION NOTATION

2016 La section CGT DIRCOFINORD appelle au boycott de l’entretien professionnel.

Tous les ans il revient, présenté comme un moment privilégié de réflexion, d’échange, de dialogue, de clarté, de transparence, de responsabilité, d’amélioration de la gestion …

En fait, le système d’évaluation professionnelle des agents n’a pas pour objet d’améliorer quoi que ce soit, mais d’accompagner la dégradation réfléchie, orchestrée du service public.

Il est le ruban qui lie le fagot des contre-réformes : fusions, restructurations, suppressions d’emplois et de services, RIFSEEP, PPCR, flexibilité, mobilité forcée, etc.
Il est un outil extrêmement pervers du management individualisé dont l’objectif est de faire glisser le statut de la fonction publique de carrière vers une fonction publique d’emploi au déroulement de carrière aléatoire.
L’entretien individuel n’est pas obligatoire
Il ne faut pas confondre la procédure « d’entretien professionnel » et « l’entretien individuel » qui n’en est qu’une phase.
Le chef de service est dans l’obligation d’inviter les agents à un « entretien individuel » dans le cadre de la procédure« d’entretien professionnel ».
L’agent peut refuser d’y participer.
Les textes prévoient ce refus, la dernière note d’application renforce même les modalités en cas de refus. L’absence (ou le refus) est notée dans le compte rendu.
Ce boycott peut être collectif, c’est mieux, ou bien individuel. Une information préalable sera faite en direction des chefs de service, cette action n’étant pas dirigée contre eux, mais bien contre le système. L’absence (ou le refus) est notée dans le compte rendu.

Montrons Collectivement notre rejet de cette évolution du rôle de l’entretien professionnel !


Modèle de réponse à apporter à la convocation de l’évaluateur :

« Je vous informe de mon refus de participer à l’entretien professionnel individuel que vous m’avez proposé concernant l’année de gestion 2015.
L’entretien n’ayant aucun caractère obligatoire pour l’agent, il est de mon droit de ne pas y participer.
Je refuse de rentrer dans une logique de mise en compétition des agents, de casser les notions de solidarité, d’entraide et de coopération entre eux.
Au même titre que mes collègues, je tiens à défendre l’ensemble des missions de notre administration. Cette démarche n’est pas destinée à s’opposer à vous, qui subissez également ce système pernicieux. Elle s’inscrit dans un mouvement collectif d’opposition ».

Article publié le 23 février 2016.


Ce site est réalisé par le syndicat et propulsé par SPIP.