vous êtes ici : accueil > CTL, CHSCT, CDAS > CHS-CT

Vos outils
  • Diminuer la taille du texte
  • Agmenter la taille du texte
  • Envoyer le lien à un ami
  • Imprimer le texte

25/02/2021 : Grave incident au SIP Borde : lettre ouverte au Drfip13 et aux responsables des pôles métiers.

Marseille le 25/02/2021

Monsieur le Directeur régional des Finances publiques de PACA et des Bouches-du-Rhône

Monsieur le Directeur,

Ce jeudi 25 février, vers 11h00 s’est présenté au SIP Borde un homme visiblement au bord du désespoir, lequel cherchait en vain à rencontrer le service impôts des entreprises pour une aide covid.

Celui-ci a hurlé son désespoir pendant de longues minutes indiquant qu’il allait mourir, hurlant qu’il essayait de joindre tous les jours les services sans résultat, qu’il allait être mis à la rue, qu’il lui restait à se suicider et affirmant « si je n’ai pas d’aide je meurs ».

Agents et gardien présents, puis appuyés par Mme la Chef de service du SIP et l’inspectrice du SIE ont fait preuve de sang-froid et essayé, avec des propos rassurants, de faire retomber la tension. La police a été appelée.
Cet incident a marqué psychologiquement l’ensemble des agents et aussi, certainement, les usagers présents.
Des agents nous ont fait part de leur angoisse : « et s’il revient armé ? »

Depuis des mois la question de l’accueil des usagers, la réduction de l’amplitude d’ouverture voire la réception uniquement sur rendez-vous pour les SIE est source de tensions très fortes au guichet.
Alors que les déploiements des aides covid se succèdent depuis plusieurs mois, vous gardez votre posture sur l’accueil. S’il est facile pour vous d’expliquer sur le Facebook du patronat local (direct du 24/02/2021 FB CPME13) qu’il suffit de téléphoner au SIE pour son dossier d’aide, la réalité est bien plus compliquée pour les usagers et bien plus complexe pour les agents des SIE.

En juillet 2020 vous avez produit un rapport sur l’accueil dans lequel vous rappelez l’opportunité de la crise sanitaire pour réduire l’accueil du public « cette situation constitue une opportunité unique pour atteindre les objectifs qui ont été fixés par le contrat (d’objectif et de moyen de la DGFIP) avant ce contexte de crise".
Vous avez enfermé notre administration dans une posture idéologique ; alors qu’il y a urgence dans le contexte de crise sanitaire, d’un accueil physique dédié aux professionnels dans les centres des Finances publiques, vous continuez à supposer que les démarches effectuées en ligne sont suffisantes pour faire face aux sollicitations voire aux urgences rencontrées par les usagers.

En CHSCT, la CGT Finances 13 a rappelé la rupture d’égalité d’accès et de traitement et les risques psycho-sociaux induits pour les agents en charge du service public. De nombreux usagers professionnels n’arrivent pas à joindre les services compétents pour les aides covid.

Aujourd’hui, les seuls guichets ouverts sont ceux de services qui ne sont pas compétents (SIP et Trésoreries) sur les impôts des professionnels.
Vous exposez ainsi les agents à des risques d’agression face au désarroi ou à la colère des usagers, ou au risque psychologique d’être témoins d’un acte désespéré d’un contribuable en détresse (arrestation brutale, immolation, policiers contraints de faire usage de leurs armes).

Vous ne pouvez pas, vous ne pouvez plus ignorer cette situation.
L’actualité récente et dramatique à Pôle Emploi doit vous faire reconsidérer votre position concernant la réception des usagers professionnels.

Concernant la chaîne de travail relative aux subventions covid, il semble que l’information des demandeurs, particulièrement en cas de rejet, soit insuffisante, faisant naître incompréhension et colère chez les usagers, lesquels se déplacent alors pour trouver un interlocuteur compétent.

Par ailleurs, la CGT Finances 13 considère que le dispositif de sécurité accueil dans nos centres des Finances publiques doit faire l’objet d’une enquête du CHSCT ; de nombreux agents s’inquiètent, dans un contexte de crise sanitaire et économique, du risque de violence à leur encontre.

Enfin, quelques semaines avant l’ouverture de la campagne déclarative, nous n’osons penser que le confinement général serait la seule solution pour pouvoir accomplir dans des conditions normales nos missions de services public… sans public.

La CGT Finances publiques 13 souhaite que les éléments du dispositif lui soient présentés et donnent lieu à un débat entre la Direction et les représentants du personnel.

Pour la CGT Finances publiques 13

Phlippe Laget, Frédéric Larrivée et Maryline Villegas

Article publié le 26 février 2021.


Ce site est réalisé par le syndicat et propulsé par SPIP.