vous êtes ici : accueil > ACTUALITES > Santé / Sécurité Sociale

Vos outils
  • Diminuer la taille du texte
  • Agmenter la taille du texte
  • Envoyer le lien à un ami
  • Imprimer le texte

AG de la MGEFI et des Mutuelles Historiques à Fontaine : notre commentaire

Le 25 mai 2012, avaient lieu les assemblées générales de la MGEFI et des mutuelles historiques de l’ex DGI ( MAI ) et ex DGCP ( Mutuelle du Trésor) à Fontaine.

On pourra discuter longtemps de l’opportunité de convoquer ces assemblées la veille d’un week-end de Pentecôte, ou encore d’une reprise des débats à 15h00 pour la deuxième réunion de la mutuelle historique MAI, surtout pour des agents venant du nord du département...mais fort heureusement ramenée à 14 heures aprés notre intervention.

Pour le fonds des débats et des présentations, même si la qualité des intervenants est indéniable, il apparait que ces assemblées ne sont plus qu’une vitrine de notre mutuelle, les agents n’étant plus que spectateurs, et nullement impliqués dans les décisions prises... on nous l’a d’ailleurs répété, ces assemblées n’ont plus aucune valeur juridique...

Les rapports d’activité sont désormais locaux, plus de vote donc plus de soucis de « quorum atteints » ou de motion à défendre en national pour nos délégués, ils sont loin les débats démocratiques qui animaient ces assemblées voici quelques années...

Aussi qu’elle ne fut pas la surprise de voir un militant CGT présenter une motion et vouloir la faire voter coûte que coûte malgré l’opposition de nos délégués...

Pire, ce vote réclamé par l’immense majorité des agents présents, et la motion approuvé par 98% de ceux-ci, fut un bel exercice de démocratie. Il faut dire que cette motion, reproduite ci dessous, nous concerne tous, mais jugez en par vous même :

Les adhérents de la MGEFI de l’Isère réunis en assemblée générale le 25/05/2012 exigent le retrait du décret instaurant un jour de carence en cas de maladie dans la fonction publique. Cette disposition est une attaque frontale contre le statut général de la fonction publique. De plus ce sont les collègues les plus fragiles qui se verront lourdement sanctionnés, ponctionnés de plusieurs jours en plus du déremboursement des médicaments, de plus en plus étendu.

Article publié le 7 juillet 2012.


Ce site est réalisé par le syndicat et propulsé par SPIP.